Musique et handicap 78

L'accompagnement
pour autiste

Dix ans d’expérience auprès de personnes autistes de tous âges nous ont amené·e·s à expérimenter et formaliser un accompagnement spécifique sur le modèle RIS : Regard | Imitation | Socialisation.

Par un regard bienveillant, voir les capacités de l’autre (toutes ses capacités, bien cachées). Imiter l’autre : en osant incarner le miroir de ses actions, désinhiber ses possibilités d’imitation, et ainsi relancer le moteur de la communication et de l’apprentissage. Socialiser : créer un cadre ludique et festif où chacun est accueilli comme il est, sans jugement, pour lui donner envie d’agir comme « moi ».

Dans le cadre de l’autisme, l’accompagnement consiste en un seul acte, toujours le même, de la part de l’encadrant : l’imitation des comportements spontanés de la personne.

L’imitation est utilisée :

  • pour créer l’échange social nécessaire au travail commun ;
  • pour montrer la désinhibition ;
  • pour communiquer sur un mode non-verbal de base ;
  • comme moteur d’apprentissage.

L'intérêt d’un cadre musical :

  • Il permet de rendre socialement pertinentes et adaptées des stéréotypies typiquement autistiques : se balancer, secouer les bras, se cogner, taper des mains, produire des écholalies (voir les improvisations de chanteurs de Jazz, le scat.
  • La musique est un langage non verbal par excellence, beaucoup plus facile d’accès.
  • La trace mnésique du son contient l’action psychomotrice qui a permis sa fabrication : l’action est donc accessible et peut être imitée…
  • Il aide à accompagner, dans le même cadre, des acquisitions de comportements très primaires, sensorimoteurs (gratter, taper, frapper) jusqu’à des comportements très structurés : rythmiques, mélodiques, harmoniques.

Référence bibliographique
Jacqueline Nadel, Imiter pour grandir, développement du bébé et de l’enfant avec autisme, Éd. Dunod, 2011.

Retour en haut